vendredi 29 avril 2016

Dernières mises en ligne _ St Pierre de Vérone

165

« Si l’on supporte les tribulations avec patience,
on est en Paradis. »

(Saint Philippe Néri)

LIENS de TÉLÉCHARGEMENT des PDF de CANTIQUES & PAROLES de SAINTS



* * *





« À Milan,
saint Pierre de Vérone,
martyre de l'Ordre des Frères Prêcheurs,
tué par les hérétiques en haine de la foi catholique
le 6 avril. »

(Le Martyrologe Romain au 29 avril)



* * *


MYSTÈRES du ROSAIRE :

Introduction

1- ANNONCIATION

  sur les Ave Maria de Lourdes & Fatima


Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo :

https://youtu.be/Nqv9cMAi3x8

(exemple de site de téléchargement :  

https://www.onlinevideoconverter.com/fr/video-converter )

  

Interprète : Gilbert Chevalier (aveugle) 
Enregistrement : avril 2016

 


Fichier PDF 
des 6 Cantiques du Rosaire ici :

+ Téléchargement : http://www.montfortajpm.sitew.fr/dl/Root/cu13d-Les_15_mysteres_du_Rosaire_Ave_Maria_de_Lourdes_Fatima_.pdf 
Toutes les versions chantées :  
http://montfortajpm.blogspot.fr/2016/10/le-Rosaire-sur-les-Ave-Maria-de-Lourdes-et-Fatima.html






* * *

 

LES OUTRAGES FAITS AU CŒUR DE JÉSUS

(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)

   

Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo :

https://youtu.be/n9lnOpEskNk

 

Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle) 
Enregistrement : 2005


1- Écoutez ma plainte divine,
Amis du Cœur de mon Sauveur,
Si je vous ouvre ma poitrine,
C’est pour en soulager mon cœur.

2- Parlez, mon cœur, parlez, mes larmes,
Soupirez, pleurez mille fois.
Que je sens de vives alarmes !
Je n’ai ni parole, ni voix.

3- Vous me demandez à cette heure
Pourquoi mon cœur est affligé,
Pourquoi je soupire et je pleure.
Ah ! c’est mon Jésus outragé !

4- Tous les idolâtres l’oublient,
Ils ignorent ce Roi des Cieux,
Et les Turcs et les Juifs le nient,
Jésus est blasphémé chez eux !

5- Combien d’infâmes hérétiques
Ont profané son Sacrement !
Oh ! que leur rage diabolique
Doit nous causer d’étonnement !

6- Tout le ciel et la terre ensemble
Ont pleuré ces indignités ;
Que mon cœur pleure et ma main tremble
En écrivant ces cruautés !

7- Qu’ils font une cruelle injure
À son testament paternel,
En ne le mettant qu’en figure
Au Saint-Sacrement de l’autel !

8- Oh ! quelle injure à ses paroles
En niant la réalité !
Ils font passer pour très frivoles
Ses oracles de vérité.

9- N’ayant plus la foi pour barrière,
Ils l’ont outragé mille fois !
Ils l’ont de rage et de colère
Tout de nouveau mis sur la Croix !

10- Les uns vont jeter les hosties
À des animaux furieux !
D’autres les jettent par parties
Et dans la boue et dans les lieux !

11- L’un, d’un canif, chose étonnante,
Perce ce Cœur tout amoureux !
L’autre le jette en l’eau bouillante !
L’autre le jette dans les feux !

12- Hélas ! combien par art magique
Ont livré l’Hostie au démon,
Ou bien par cet art diabolique
En ont fait un cruel poison !

13- Venons aux mauvais catholiques
Qui devraient par leur pitié
Le défendre des hérétiques :
Ils surpassent leur cruauté !

14- Nos églises abandonnées !
Notre Dieu sans adorateurs !
Des jours, que dis-je ? des années,
Sans qu’on adore ses grandeurs !

15- Si plusieurs viennent dans nos temples,
Ce n’est pas tant pour Jésus-Christ
Que par coutume ou par exemples :
Ils n’ont point Jésus dans l’esprit !

16- Souvent ce Maître et Roi de gloire
Est délaissé sur nos autels,
Sans que personne en ait mémoire,
Délaissé de tous les mortels !

17- Tandis que ce Sacré-Cœur pense
À nous combler de ses faveurs,
On n’a pour lui qu’indifférence !
On n’a pour lui que des rigueurs !

18- Contre ce Cœur, combien d’impies !
Combien d’infâmes actions !
Combien partout d’immodesties !
Combien de profanations !

19- Voyez ce malheureux qui jure
Et qui blasphème son saint nom !
Personne ne sent cette injure,
On en rit avec le démon.

20- Jamais on n’avait vu la terre
Si pleine d’ennemis de Dieu :
Partout le crime avec la guerre,
Jésus s’en est plaint depuis peu.

21- Mais personne ne s’en étonne,
Les plus grands crimes ne sont rien.
Plait-on Jésus ? Hélas ! personne !
Un chacun ne pense qu’au sien.

22- Si l’on l’épargnait dans l’église !...
Hélas ! non, c’est en son palais !
Sans qu’aucun soit dans la surprise,
Qu’on le perce de mille traits !

23- Regardez-y cette mondaine,
Cette idole de vanité,
Qui, par sa manière hautaine,
Dispute la Divinité !

24- Voyez-vous comme elle est parée,
Auprès d’un autel dédoré ?
Voyez comme elle est adorée !
Jésus n’est pas considéré !

25- Combien de rendez-vous infâmes
Dans l’église de notre Dieu !
Combien d’hommes, combien de femmes
Viennent se perdre en ce saint lieu !

26- Que de ris, que de causeries !
On y parle comme aux marchés.
Que de sortes d’effronteries !
Et Dieu souffre tous ces péchés.

27- La modestie est pratiquée,
Le respect et l’attention,
Par les Turcs même en leur mosquée :
Pour nous, quelle confusion !

28- Voyez l’église, pauvre, infâme,
Auprès de ce château pompeux ;
Tandis que Monsieur et Madame
Ont abondamment tout chez eux.

29- Hélas ! que de malheureux prêtres !
De loups sous la peau des agneaux !
De Judas ! de malheureux traîtres !
Plus cruels que tous les bourreaux !

30- Est-ce ainsi donc que l’homme offense
Le Cœur amoureux du Sauveur ?
Est-ce là sa reconnaissance ?
Quel outrage ! Quel crève-cœur !

31- Quelle cruauté ! cet impie
Exerce toutes ses fureurs
Dans l’église, où se réfugie
Jésus chassé de plusieurs cœurs !

32- Aurons-nous donc des cœurs de pierre
Sans prendre part à ses douleurs ?
Ah ! souffrons avec lui sur terre :
Avec son Sang mêlons nos pleurs.

33- Il nous dit comme à ses apôtres :
« On m’abandonne, mes amis !
Voulez-vous me quitter vous autres,
Et vous joindre à mes ennemis ?

34- « Ah ! je souffrirais ces injures
De mes ennemis déclarés ;
Mais ceux que j’aime sans mesures
M’outrageraient ! amis, pleurez...

35- « Ah ! mon Cœur est à l’agonie,
On m’attaque dans ma maison !
On m’y trahit ! on m’y renie !
On change mon Sang en poison !

36- « Mon Cœur crie en son amertume,
Il est accablé du péché !
Aurez-vous tous des cœurs d’enclume ?
Aucun n’en sera-t-il touché ?

37- « Si vous m’abandonnez, fidèles,
Je suis abandonné de tous !
Irai-je chez les infidèles ?
Ils me connaissent moins que vous !

38- « Mon Cœur vous aime et vous désire,
C’est pour vous qu’il est transpercé !
Après votre cœur il soupire,
Eh quoi ! serai-je délaissé ? »

 

http://montfortajpm.blogspot.fr/p/premiers-vendredis-samedis-du-mois.html

 


« J'ai souffert mille et mille outrages
Pour être à toi présentement :
Répare-les par tes hommages,
Mon Cœur t'en supplie ardemment ! »

Acte de Réparation au Cœur de Jésus, ici :

 


* * *



  AMOUR au CŒUR de JÉSUS !

  sur les Ave Maria de Lourdes & Fatima

 

https://gloria.tv/album/5bT38ZNAgcG/audio/eLE86CKRaGU

   

Interprète : Gilbert Chevalier (aveugle) 
Enregistrement : octobre 2015 


Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo :

https://youtu.be/lYew9bhCsNs

   

  1- Gloire au Cœur aimable
De mon doux Sauveur !
Source intarissable
De paix de bonheur !

R./ Amour, amour au Cœur Jésus !
Amour, amour au Cœur Jésus !

 


* * *


En l'HONNEUR du NOM de MARIE

(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)

  1ère version

du troisième Intégral :

 

 

 Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle)
Enregistrement : 2010
 

Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo :

https://youtu.be/7ju2uWYnB9

 

1- Pour le beau Nom
De l’aimable Marie,
J’aurai toute ma vie
De la dévotion.
Ô Nom charmant
Qui remplissez mon cœur
D’un grand contentement,
J’ai savouré
Votre grande douceur :
J’en suis tout embaumé !

2- Je ne puis pas
Raconter ni comprendre
Combien ce Nom est tendre
Et quels sont ses appas.
Ce Nom sacré
Est dans les plus grands maux
Un remède assuré :
On trouve en lui,
Au milieu des travaux,
De l’aide et de l’appui.

3- Ce Nom divin
Donne au mélancolique
Une joie angélique
En chassant son chagrin.
Est-on tenté ?
Qu’on invoque ce Nom :
On est en sûreté !
On trouve en lui
La consolation
Lorsqu’on est dans l’ennui.

4- Le démon prend
Une honteuse fuite,
Avec toute sa suite,
Aussitôt qu’il l’entend !
Si l’on a peur,
Ce saint Nom raffermit
Et nous donne du cœur :
On ne craint rien
Au milieu de la nuit
Lorsqu’on l’invoque bien.

5- Enfin il est
Tout à tous sans réserve :
Il protège, il conserve,
Il instruit, il repaît.
Inclinons-nous,
Si nous le prononçons
Montrons l’exemple à tous.
Oh ! quel bonheur,
Si partout nous l’avons
Bien gravé dans le cœur !

 

 

* * *

 

LE RESPECT HUMAIN

2ème version

du troisième Intégral :

2/5

(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)




Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo :

https://youtu.be/5HcPZ9AkwUc



Interprète : Gilbert Chevalier (aveugle) 
Enregistrement : 2014




SECOND CANTIQUE : 
SES CHIMÈRES

33- A-t-on sujet de regarder
Une idée, un rien, un atome ?
A-t-on sujet d’appréhender
Une chimère, un vain fantôme ?
Car tels sont les respects humains,
Tels sont les jugements mondains !

34- Tout homme est injuste et menteur,
Mais en sa plus juste balance,
Notre seul juge est le Seigneur,
Malgré l’homme et son impudence :
Méprisons donc ce qui n’est rien,
Qui ne nous fait ni mal, ni bien.

35- Quoi donc ! en sommes-nous meilleurs
Lorsque tout le monde nous loue ?
Quoi donc ! sommes-nous plus pécheurs
Si chacun nous couvre de boue ?
Qu’on dise de nous bien ou mal,
Et l’un et l’autre est bien égal.

36- Mettons qu’on parle mal de vous :
Ce sont des paroles volantes
Qui ne peuvent nuire qu’aux fous
Mais non pas aux âmes prudentes,
Qui, ne plaignant que leur auteur,
S’en font un véritable honneur.

37- L’un nous dit et l’autre nous fait
Quelque injustice ou quelque injure ;
Oui, mais c’est Dieu qui le permet,
C’est contre lui que l’on murmure :
Cet homme n’est que l’instrument
Dont Dieu se sert en ce moment.

38- Le Seigneur qui vient nous sauver
Permet cette injustice noire,
Voulant par là nous éprouver
Et rendre dignes de la gloire,
Mais le démon n’y vient tenter
Que pour vous impatienter.

39- En souffrant, on a le dessus,
Notre prochain s’en édifie,
Le démon en reste confus
Et Dieu même s’en glorifie,
Les coléreux sont apaisés
Et les moqueurs sont méprisés.

40- Faisant toujours votre devoir,
Ne donnant point de juste prise,
Ne faites pas semblant de voir
Qu’on se moque et qu’on vous méprise ;
C’est le secret des grands esprits
De mépriser tous les mépris.

41- L’homme sage en tout donne appel
Au tribunal de Dieu, son juge :
Laissant juger l’homme charnel
Il prend Dieu seul pour son refuge !
Toute sa gloire est au-dedans,
Malgré les plus grands médisants.

42- Au contraire, une âme de chair
Toute mondaine et toute basse
S’offense d’un mot dit en l’air,
D’un regard et d’une grimace ;
Laisse là le bien commencé,
Pour n’en être pas méprisé.

43- Le fou n’a pas sa gloire au cœur,
Mais chez le monde et dans sa bouche :
Si l’on lui ravit cet honneur,
C’est ce coup fatal qui le touche ;
Il n’a pas d’autre attention
Qu’au pense-t-on et qu’au dit-on.

44- Homme sage, ne craignez point
Les persécutions du monde ;
La sagesse gît en ce point,
Le christianisme s’y fonde :
Un bon chrétien, en vérité,
Est un chrétien persécuté !

45- Nous n’avons point d’anciens bourreaux
Pour nous tirer le sang des veines,
Mais nous en avons de nouveaux,
Ce sont les personnes mondaines
Dont les dents, pires que les mains,
Nous donnent des coups inhumains.

46- Le monde, en nous faisant du mal,
Croit nous abattre et nous détruire,
Mais ses coups n’ont rien de fatal,
Pourvu qu’on ne fasse qu’en rire :
On est martyr de charité
Quand on le souffre avec gaieté.

47- L’un parle contre notre honneur,
La calomnie est employée ;
L’autre se fait notre censeur,
Il rit à gorge déployée ;
Mais cet honneur qu’on croit ôter
En souffrant ne fait qu’augmenter.

48- On ne peut ôter au chrétien
Un honneur qu’il a dans soi-même ;
L’honneur du monde n’étant rien,
Qu’importe d’en être anathème ?
Juste, c’est un honneur pour vous
Que d’être moqué par des fous !

49- Celui-là ravit notre bien
Par une injuste procédure ;
Celui-ci nous ôte un soutien,
Notre habit, notre nourriture.
Quel mal ? C’est un bien temporel
Qu’on change en un bien éternel !

50- L’or et l’argent sont des biens faux,
Puisque le monde en fait estime,
Puisqu’ils produisent mille maux,
Qui conduisent tous dans le crime ;
Est-ce un mal que la pauvreté
Dont le ciel même est acheté ?

51- Cet envieux prend notre emploi
Par ruse et par un coup de traître,
Cet orgueilleux nous fait la loi
Et partout veut trancher de maître ;
Quel mal ? Le plus grand parmi vous
Sera le serviteur de tous.

52- Dieu dit : « Si le monde vous hait,
Réjouissez-vous de sa haine,
Car vous n’êtes point son sujet,
Car votre âme n’est point mondaine ;
Car vous en recevrez aux cieux
Un prix de gloire merveilleux. »

53- Ainsi le monde a maltraité
Tous les saints qui sont dans la gloire :
Réduits à la mendicité,
Souvent bannis de la mémoire ;
Et chassés de tout l’univers,
Ils s’enfuyaient dans les déserts.

54- On parlait mal de leurs vertus :
On les traitait d’hypocrisie ;
Ils étaient partout combattus
Par des secrètes jalousies ;
On prenait mal ce qu’ils disaient,
Ce qu’ils pensaient, ce qu’ils faisaient.

55- Mais ne voyons que Jésus-Christ,
Puisqu’il est notre grand modèle :
Que nous apprend le Saint-Esprit
De cette Sagesse éternelle ?
Les mondains l’ont nommé pécheur,
Ivrogne, sorcier, imposteur !

56- « Je veux qu’on vous donne un soufflet,
Qu’on vous frappe et qu’on vous tourmente,
Quoique à tort, sans avoir rien fait :
L’injure est vraiment très criante,
Mais vous gagnez infiniment,
Si vous souffrez patiemment.

57- « Si quelqu’un veut vous égorger,
N’en craignez pas tant sa furie
Qu’un Dieu qui seul peut se venger
Dans ce monde et dans l’autre vie,
Perdre l’âme et la condamner,
Tuer le corps et le damner. »

58- Le chrétien comme son Sauveur,
Le disciple comme son Maître,
L’esclave comme son Seigneur
Doit souffrir ainsi de ce traître :
Le monde a toujours en tout lieu
Battu les serviteurs de Dieu.




 




Page "Le CHAPELET récité avec vous !"


« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

Alors, rendez-vous ici :
"Le CHAPELET récité avec vous ! 
avec Méthode montfortaine"