vendredi 12 février 2016

La SAINTE COURONNE d'ÉPINES (vendredi après les Cendres)



« Ô Dieu Tout-Puissant,
daignez nous faire la grâce,
à nous qui, 
célébrant la mémoire de la Passion  de Notre-Seigneur Jésus-Christ,
vénérons sur la terre sa Couronne d’Épines,
de mériter d'être couronnés par Lui de gloire et d'honneur dans les cieux ;
Lui, qui, étant Dieu, vit et règne avec Vous
dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles.
Ainsi soit-il. »


 
(Oraison de la messe de la fête)






La Couronne du Roi des cieux
Est d’épines piquantes ;
On lui fait, en bandant ses yeux,
Mille insultes sanglantes :
Ne rougissons point de la Croix,
Souffrons comme le Roi des rois,
Qu’on nous raille ou nous gronde ;
Soyons bien soumis à ses lois,
Et méprisons le monde.

 

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, 

"Les 5 Mystères Douloureux")




  JÉSUS COURONNÉ D’ÉPINES

(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)

 


   

LIEN de TÉLÉCHARGEMENT (audio = MP3 ; vidéo = MP4) ici :

http://www.mp3tunes.tk/download?v=5WmHzZRf-dQ

 


1- Jésus ayant avec peine
Pris ses habits déchirés,
Regardez comme on le mène
Brusquement, à coups de pied !

2- Suivons, chrétiens, à la trace
Cet Agneau très innocent,
Car en quelque endroit qu’il passe,
Il reste teint de son Sang...

3- Comme on ferait d’une bête,
On le mène à coups de fouets !
Transi de froid, on l’arrête
À la porte du palais.

4- À peine est-il dans la salle
Au milieu de ces bandits,
On l’habille à la royale
Pour le couvrir de mépris.

5- On lui jette par outrage
Sur le dos un vieux manteau,
En lui tirant avec rage
Le sien collé à sa peau.

6- Une pierre très pointue
Lui sert d’un trône royal,
Afin qu’étant mieux en vue
Il reçoive plus de mal.

7- On met dans ses mains sacrées,
Pour sceptre, un frêle roseau.
Chacun en fait des risées,
En disant : « Ha ! qu’il est beau ! »

8- On le couronne d’épines
Avec des coups de bâton !
Un chacun lui fait des mines
En hurlant comme un démon.

9- Cette couronne cruelle
Lui transperce le cerveau :
On voit couler sa cervelle
Avec du Sang et de l’eau...

10- D’un vieux torchon de cuisine
On lui bande les deux yeux,
Chacun lui disant : « Devine
Qui t’a frappé, malheureux !

11- « N’es-tu pas un faux prophète,
Qui veut nous en imposer ?
Compagnons, qu’on le maltraite !
Ne cessons de le frapper ! »

12- Chacun lui crache au visage
De gros crachats tout pourris
Pour marque de son hommage,
Avec des cris inouïs !

13- On l’adore par risée,
En lui donnant un soufflet :
« Bonjour, ô roi de Judée,
Ah ! que te voilà bien fait ! »

14- Il ne reçoit pour harangue
Que des discours impudents,
L’un tire sur lui la langue
Et l’autre grince des dents.

15- Non, ce ne sont pas des hommes,
Mais des démons furieux !
Les voyez-vous qui l’assomment ?
On le bat à qui mieux mieux !

16- À cet objet pitoyable,
Ne serons-nous point touchés ?
Il n’est que trop raisonnable,
Hélas ! c’est pour nos péchés !

17- Il souffre tout et l’endure
Sans même lever les yeux,
Sans qu’il se plaigne ou murmure
De ces tourments rigoureux.

18- Depuis les pieds à la tête
Il est tout froissé de coups.
Ah ! si c’était une bête,
Nous lui compatirions tous !

19- Notre orgueil insupportable
À rechercher les grandeurs
Est le bourreau véritable
Qui lui cause ces douleurs !

20- Orgueilleux, viens te confondre :
Voyant ton Dieu méprisé,
Qu’auras-tu donc à répondre,
Toi qui veux être estimé ?

21- Notre cœur plein d’amertume
Et d’un cuisant repentir,
Comparaisse et se consume
En voyant Jésus souffrir.

22- Ayons toujours en mémoire
Ce très aimable Sauveur :
Le mépris soit notre gloire,
Et la souffrance un bonheur !

23- Ô Jésus très pitoyable
Par les injustes mépris,
Voyez d’un œil favorable
À vos pieds des cœurs contrits.



Fichier PDF des Paroles de ce cantique ici :

 


 


Page "Le CHAPELET récité avec vous !"


« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

Alors, rendez-vous ici :
"Le CHAPELET récité avec vous ! 
avec Méthode montfortaine"