mardi 8 mars 2016

Dernières mises en ligne _ St Jean de Dieu

116

« Quiconque portera la Livrée de Marie 
sera enregistré dans le Livre de vie. »

(Saint Bonaventure)

http://montfortajpm.blogspot.fr/p/le-scapulaire-de-notre-dame-du-mont.html

LIENS de TÉLÉCHARGEMENT des PDF de CANTIQUES & PAROLES de SAINTS


* * *





« À Grenade en Espagne,
saint Jean de Dieu, confesseur 
et instituteur de l'Ordre des Frères de la Charité,
destinés à soigner les malades,
célèbre par sa compassion pour les pauvres,
et par l'entier mépris qu'il eut de lui-même.
Le pape Léon XIII l'a proclamé  
céleste patron de tous les hospitaliers et infirmes. »

(Le Martyrologe Romain au 8 mars)



* * *


SUR LE NOM DE MARIE

(cantique du Père Apice, dans les œuvres complètes de St Alphonse)


Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo :

https://youtu.be/tcDUv1PJmgo

(exemple de site de téléchargement :  

https://www.onlinevideoconverter.com/fr/video-converter )


Chant : Jean-Myriam Chevalier
Mélodie & orgue : Gilbert Chevalier (aveugle)
Enregistrement : 15 octobre 2015 


Marie ! en t'invoquant, je ressens dans mon cœur
Un réveil de la joie, un transport de bonheur.
Quand elle dit : Marie !
Une âme qui prie,
N'est plus assombrie
Par nulle douleur.
Oh ! que l'on est heureux, quand on aime Marie !



* * *

 

L’EXCELLENCE DE LA CHARITÉ

sur un choral de Bach

(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)






Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo :

https://youtu.be/aIloCWJijVI

 

Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle) 
Enregistrement : 2006

 

1- Je suis une vertu royale
Ou plutôt la divinité,
La première théologale
Qu’on appelle la charité.

2- C’est moi seule qui fais qu’on aime
Dieu par sur tout très purement,
Et son prochain comme soi-même
Pour l’amour de Dieu seulement.

3- Je suis difficile à comprendre,
Je suis de toute éternité :
Le Seigneur en son Cœur m’engendre,
J’ai sur lui toute autorité.

4- J’ai seule vaincu, mais sans guerre,
Ce redoutable Roi des cieux,
Je l’ai fait homme sur la terre
Pour y sauver des malheureux.

5- Parmi les vertus je suis reine,
Elles ne marchent qu’après moi.
J’ai tous les biens en mon domaine,
Dieu même obéit à ma loi.

6- La loi reçoit de moi la vie,
Et c’est à moi qu’elle aboutit.
Sans moi nul ne se sanctifie,
Sans moi toute vertu languit.

7- Je rends la vertu toute aisée,
J’en suis l’aiguillon amoureux :
Par une vigueur toute embrasée,
Le plus grand poids s’envole aux cieux.

8- C’est moi qui fais, à l’homme sage,
Tout abandonner, tout souffrir,
Tout entreprendre avec courage
Et mettre sa joie à mourir.

9- C’est moi qui, par mes puissants charmes
Change l’amertume en douceur,
Et fais tomber des mains les armes
Au plus redoutable vainqueur.

10- Je fais monter l’âme fidèle
Jusqu’à Dieu dans un char de feu,
J’épouse Dieu même avec elle
Et la transforme toute en Dieu.

11- Je suis le propre caractère
Qui distingue tous les élus,
Je suis la gloire et la lumière
Et le lien de leurs vertus.

12- Sans moi, l’or n’est que de l’argile,
Et la vertu même est péché,
Mais tout est grand, tout est utile,
Aussitôt qu’il m’est attaché.

13- C’est moi qui distingue et mesure
Le point d’honneur des bienheureux ;
Une charité grande et pure
Porte une âme au plus haut des cieux.

14- Aimez ce Dieu qui veut qu’on l’aime :
C’est son plus grand commandement !
Aimez, ou soyez anathème
Et maudit éternellement !

15- Dieu vous aime, il est véritable :
Aimez-le donc à votre tour !
Il est tout bon et tout aimable :
Donnez-lui donc tout votre amour !

16- Pour aimer, faut-il être habile,
Sain ou riche, fort ou puissant ?
A-t-on un cœur ? Il est facile.
L’amour est doux et ravissant !

17- Quiconque aime fait des merveilles
Et fera tout ce qu’il voudra ;
Sans grands travaux, sans longues veille
Malgré tout il se sauvera.

18- Sans moi la vie est inutile,
On est sans grâce et sans vertu,
En vain on croit dans l’Évangile,
Le plus grand cœur est abattu.

19- La grâce et toute la nature,
La terre, l’eau, l’air et le feu,
Enfin toute la créature
Crie à l’amour, l’amour de Dieu !

20- Mais l’amour-propre me déguise
Par de fines subtilités.
Agréez donc que je vous dise
Mes véritables qualités.

21- Je ne suis jamais fainéante :
Si je repose, c’est en Dieu ;
Mon humeur est entreprenante,
Je suis active comme un feu.

22- Je suis la guerrière invincible,
Je suis forte comme la mort ;
Rien de si fort, de si pénible,
Que je ne vainque avec effort.

23- Je rends toute charge légère,
J’aplanis le chemin du ciel ;
Je rends la croix la plus amère
Plus douce qu’un rayon de miel.

24- Par une industrie innocente,
J’attire un cœur comme l’aimant ;
J’en fais une hostie excellente,
Au Cœur de Dieu dans un moment.

25- Il n’est rien qui me soit semblable,
Sans moi, tout n’est que vanité ;
Tout passe, mais je suis durable
Comme Dieu dans l’éternité.

26- Je suis sans borne et sans limite,
Sans fin et sans commencement,
Puisqu’aimer Dieu comme Il mérite,
C’est de l’aimer infiniment.

27- Pure comme l’or et plus pure,
J’aime Dieu seul sans intérêt,
Sans égard à la créature,
Hors de Lui seul rien ne me plait.

28- Je suis dans ma propre nature
L’accomplissement de la loi ;
Mais dès lors qu’on lui fait injure,
On est séduit, ce n’est plus moi.

29- Ces cinq choses me font la guerre :
La chair, la propre volonté,
L’amour du monde et de la terre,
La paresse et l’iniquité.

30- L’amour-propre étant tout contraire
Au saint feu de l’amour divin,
Il faut tout souffrir et tout faire
Pour chasser ce subtil venin.

31- Pour brûler de ma pure flamme,
Pour goûter ma sainte onction,
Il faut haïr jusqu’à son âme
Par la mortification.

32- On éteint mon feu salutaire
Par les eaux du péché véniel ;
Qui n’en fait point de volontaire
Parvient au pur amour du ciel.

33- Où me trouver en plénitude,
Sinon au Très Saint Sacrement ?
J’y suis caché en solitude,
C’est mon véritable élément.

34- Heureux celui qui communie,
Le cœur humble, fidèle et pur,
Sans tiédeur, sans hypocrisie ;
Il aura ma flamme : il est pur !

35- Voulez-vous que je vous anime ?
Appliquez-vous à l’oraison ;
Vous y deviendrez ma victime
Et moi, votre perfection.

36- Fuyez loin du monde en retraite
Pour y prier Dieu dans la paix ;
C’est où les saints ont en cachette
Goûté mes feux, reçu mes traits.

37- Envers tous soyez charitables,
Aimez jusqu’à vos ennemis ;
Sans cet amour bien véritable,
De m’avoir il n’est pas permis.

38- Le secret est d’aimer Marie
Pour aimer Jésus nuit et jour :
Elle est la Mère et l’incendie
Du bel et du parfait amour.

39- Parler de Dieu dans sa manière,
Souffrir pour lui, garder sa loi,
Aimer la Croix et la prière,
Sont des signes certains de moi.

40- « Mille fois mon cœur vous désire,
Amour divin, venez à moi :
Être sans vous, c’est un martyre !
Venez donc me donner la loi.

41- « Voilà mon corps, voilà mon âme :
Tout à vous, ô Reine des cieux,
Allumez partout votre flamme,
Sacrifiez tout à vos feux.

42- « N’épargnez point la créature
Pour faire place au Créateur !
Rendez-le malgré ma nature,
Le Maître et le Roi de mon cœur.

43- « Pardon, ô charité divine,
De mes refus, de mes froideurs.
C’en est fait, j’ouvre ma poitrine
À vos attraits, à vos ardeurs.

44- « Par les entrailles de Marie,
Par les mérites de Jésus,
Venez chez moi, je vous en prie :
Je ne vous résisterai plus !

45- « Divin Jésus, amour suprême,
C’est vous seul que j’aime ici-bas !
Je vous aime et dis anathème
À ceux qui ne vous aiment pas.

46- « Oui, mon cher amour, je vous aime,
Non par crainte du châtiment,
Ni pour la récompense même,
Mais pour vous seul uniquement !

47- « Mon cher Époux, je vous embrasse,
Je me donne à vous tout entier !
Il est juste que je le fasse :
Vous m’embrassâtes le premier ! »

DIEU SEUL

 



* * *
 

  L'AMOUR DIVIN

(cantique montfortain sur le canon de Pachelbel)

 

 

 https://gloria.tv/album/QuchuYitRz3/audio/zme57yMJRbT

 

 

Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo comprenant les 5 versions :

https://youtu.be/JHbIfkv02wQ




Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle)
Enregistrement : 2011



1- L’autre jour, que je voya­geais
Mon amour pour le Roi des rois
Recevait les plus douces lois 
De cet Amour suprême !
À mon tour je lui répondais :
« Mon amour, je vous aime ! »

2- Je fus tout en feu dans ce jour.
Tout me parlait du saint Amour ;
Toute la campagne à l’entour
Entendait mon langage ;
Nous nous répondions tour à tour :
« Aimons Dieu davantage ! »

3- Les petits oiseaux le chantaient,
Et les ruisseaux le murmuraient ;
La pluie et les vents qui soufflaient
En augmentaient la flamme ;
La terre et les cieux embrasaient
Et mon corps et mon âme.

4- Un jour, je pensais défaillir,
Mon feu venant à s’amortir :
« Amour, sans vous, je vais périr,
Disais-je en défaillance :
Si c’est moi qui vous ai fait fuir,
Pardon de mon offense ! »

5- Je criais le long des coteaux :
« L’avez-vous vu, bois et ruisseaux ?
Cherchez-le moi, petits oiseaux,
En messagers fidèles,
Et venez, pour finir mes maux,
M’en donner des nouvelles. »

6- L’Amour nous comble de bienfaits,
L’amour est doux et plein d’attraits,
L’amour ne finira jamais :
L’amour seul est durable,
Et des biens je le reconnais
Pour le seul véritable.

7- Sans l’Amour, rien ne peut charmer,
L’amour seul peut tout désarmer
Quand on commence à s’enflammer
De la beauté suprême :
Ah ! Seigneur, qu’il est doux d’ai­mer,
Quand c’est vous que l’on aime !

8- Bien souvent je m’écrie : « Au feu,
Au feu du saint Amour de Dieu ! »
Ah ! faut-il que j’aime si peu ! 
C’est mon plus grand martyre,
Amour, venez, et sur le lieu,
Ou venez, ou j’expire.

9- Amour, que n’ai-je mille cœurs,
Pour consacrer à vos ferveurs,
Pour embraser de vos ardeurs
Et pour vous les soumettre !
Je n’en ai qu’un, plein de tiédeur,
Au moins, soyez-en maître.

10- Amour, que de biens en vos feux !
Que de plaisirs délicieux !
Que de mystères merveilleux.
Qu’on ne donne à comprendre
Qu’à ceux qui sont assez heureux
Pour avoir un cœur tendre.

11- Ne vous y trompez pas, dévots,
L’ amour n’ est pas dans le repos :
Il est parmi les grands travaux,
Et parmi les épines :
Les sanglants mépris, les grands maux,
Sont ses sources divines.

12- Quand on aime Dieu purement,
On souffre tout joyeusement.
On reçoit la croix pour paiement,
Pour prix et pour victoire
Et pour joyeux avènement
À la grâce et la gloire.

13- Gagnez son amour, pauvres gens,
Caressez-le, petits enfants ;
Recherchez-le, riches, puissants,
L’amour est magnifique ;
Conquérez-le, grands conquérants,
L’amour est héroïque.

14- Si tu ne brûles, libertin,
Du beau feu de l’Amour divin,
Tu mourras de soif et de faim,
Dans les feux de tes crimes.
Et puis, tu brûleras sans fin
Dans les feux des abîmes.

15- Quoi ! vous me commandez, Seigneur,
De vous aimer de tout mon cœur :
Quel doux plaisir, quel grand honneur
Dans ce seul nécessaire !
Mais aussi quel plus grand malheur
Que de ne le pas faire !

16- Que mon cœur n’est-il l’univers,
Plus grand que la terre et les mers
Et plus profond que les enfers,
pour vous en faire hommage ;
Amour que j’aime et que se sers,
Que j’aime davantage !

17- Ô Mère de l’Amour divin !
Percez mon cœur, brûlez mon sein 
D’une flèche de séraphin,
Qui ne me laisse en vie
Que pour aimer mon Dieu sans fin :
C’est mon unique envie.

18- Amour, amour, embrase-moi,
Je ne fais que languir sans toi :
Comme mon vainqueur et mon roi,
Taille, tranche, extermine,
En tout ce qui s oppose à toi,
Afin que Dieu domine.

 

 La transverbération du cœur de Sainte Thérèse d'Avila

 

* * *

 

L’UTILITÉ des CANTIQUES

(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)




 Pour TÉLÉCHARGER, voici l'URL de la vidéo :

https://youtu.be/2UT6GAGepRc

 

Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle) 
Enregistrement : 2000


1- Chantons, ma chère âme, chantons,
Faisons retentir nos cantons
D’une très sainte mélodie :
Le Ciel et tout nous y convie !

2- Notre grand Dieu toujours joyeux
Nous écoute du haut des Cieux,
Il aime beaucoup les cantiques :
Ce sont ses concerts angéliques.

3- Écoutons les anges chanter
Et chantons pour les imiter !
Ils sont anges par leurs louanges :
En chantant nous deviendrons anges.

4- Jour et nuit brûlant d’un saint feu,
Ils chantent les grandeurs de Dieu ;
Dieu même y prête les oreilles :
Chantons donc comme eux ses merveilles !

5- En chantant ils brûlent d’amour :
Chantons, brûlons à notre tour !
En chantant ils soufflent leurs flammes :
Chantons pour enflammer nos âmes !

6- Leurs airs font retentir les cieux,
Faisons un écho merveilleux :
Que tout chante et se réjouisse
Et que la terre au ciel s’unisse !

7- Chantons, mais chantons comme il faut
Pour chanter dans les Cieux plus haut :
Chantons, âme prédestinée,
Chantons pour être couronnée.

8- Mon cantique est désapprouvé
Du mondain et du réprouvé.
Tant mieux ! puisqu’il ne veut pas croire,
Sur lui je chanterai victoire.

9- Dieu veut que ses bons serviteurs
Chantent jour et nuit ses grandeurs :
Quand toute son Église chante,
Il triomphe à sa voix charmante.

10- Comme il est toujours bienheureux,
Il veut des serviteurs joyeux.
Le trouble le chasse d’une âme
Et la tristesse éteint la flamme.

11- Dieu fait chanter en tous les lieux
Le prêtre et le religieux :
Il leur fait chanter ses mystères
Les jours et les nuits même entières.

12- Il trouve un très parfait honneur
Dans leurs chants, s’ils partent du cœur.
Il veut qu’au plus lugubre office
On lui fasse ce sacrifice.

13- Les saints chrétiens des premiers temps
S’animaient au bien par leurs chants :
En chantant de divins cantiques
Ils devenaient tout séraphiques.

14- Le Saint-Esprit les y portait.
Souvent saint Paul leur répétait :
« Soyez joyeux, chantez, fidèles,
Quelques chansons spirituelles. »

15- Plusieurs fois les saints ont chanté,
C’est un secret de sainteté.
Marie a fait un beau cantique :
Chantons en prenant sa pratique.

16- Chantons donc, mais avec ferveur ;
Chantons, nous plairons au Seigneur ;
Chantons, nous lui donnerons gloire ;
Chantons, nous chanterons victoire !

17- Sachez qu’un cantique sacré
Rend notre esprit plus éclairé,
Chasse du cœur toute humeur noire
Et met Dieu dans notre mémoire.

18- Lorsque le cœur est abattu,
Le cantique porte vertu :
Chantez, malgré votre tristesse,
Et vous recevrez l’allégresse.

19- Le chant, ainsi qu’il est écrit,
Ouvre le cœur au Saint-Esprit :
Dieu descend dans un cœur qui chante
Et lui donne grâce abondante.

20- Le cantique charme nos maux
Et nous délasse en nos travaux :
C’est en chantant qu’on se dispose
À travailler à d’autre chose.

21- Le chant est un secret divin
Pour chasser tout esprit malin :
Un saint cantique que l’on chante
Le fait s’enfuir lorsqu’il nous tente.

22- Le monde a mêlé le péché
Dans des airs qu’il a recherchés :
Sa musique est l’apprentissage
De son plus fin libertinage.

23- Chantons et réparons l’honneur
Que ses chansons font au Seigneur :
Par de nouveaux airs de justice
Détruisons ceux de sa malice !

24- Chante, ivrogne, en buvant ton vin ;
Après avoir bu ce venin,
Va pleurer, va prendre avec rage
Le fiel des dragons pour breuvage !

25- Libertin, qu’il t’en coûtera
Pour ce vilain chant d’opéra !
Satan l’a fait par sa malice ;
En chantant tu lui rends service.

26- Avale, avale les poisons
De tes amoureuses chansons :
Un jour ces impures délices
Seront tes plus cruels supplices.

27- Le diable, par ce mot couvert,
Te fait rire, mais il te perd :
Il souffle ton chant, il t’enflamme
D’un tendre plaisir, mais infâme.

28- Tu prends un poison infernal
Et dis que ce n’est pas un mal :
Cette parole à double entente
Cache et fait ta perte évidente.

29- Tu nous appelles scrupuleux
Et nous t’appelons malheureux,
Car à ta chanson si plaisante
Tout le ciel pleure et l’enfer chante.

30- Loin de moi, chantres de Bacchus !
Loin de moi, chantres de Vénus !
Loin de moi, fins suppôts du diable !
Dont le malheur est déplorable.

31- Tu chantes cet air empesté
Devant tous pour être écouté,
Tu leur en apprends la cadence
Et tu corromps leur innocence.

32- Damne-toi si tu veux, mondain,
Mais ne damne pas ton prochain :
Il t’écoute, il apprend le crime,
Il le fait, il tombe en l’abîme.

33- Va, cloaque de saleté !
Vomir ailleurs l’impureté
Des chansons de tes amourettes
De tes paroles de fleurettes.

34- Amis de mon Dieu, tenons bon
Contre le monde et le démon :
Leur air est beau, leur voix est tendre,
Mais gardons-nous de les entendre !

35- Chantons en l’honneur de Jésus
L’excellence de ses vertus,
Pour les mettre en notre mémoire
Et les pratiquer avec gloire.

36- Faisons retentir l’univers
De nos chansons et de nos vers,
Afin que Dieu s’y glorifie
Et le prochain s’en édifie.


Fichier PDF des Paroles de ce cantique : 

  http://www.montfortajpm.sitew.fr/fs/Root/de686-L_utilite_des_cantiques_cantique_du_Pere_de_Montfort_.pdf

+ Téléchargement : http://www.montfortajpm.sitew.fr/dl/Root/de686-L_utilite_des_cantiques_cantique_du_Pere_de_Montfort_.pdf  

Toutes les versions chantées + Partitions :







Page "Le CHAPELET récité avec vous !"


« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

Alors, rendez-vous ici :
"Le CHAPELET récité avec vous ! 
avec Méthode montfortaine"