mercredi 16 décembre 2015

NEUVAINE de NOËL (St Alphonse de Liguori) : 1er jour


NEUVAINE de NOËL

Saint Alphonse de Liguori




Premier jour

16 Décembre




Dieu nous a donné Son Fils unique pour Sauveur

« Je t'ai envoyé pour être la lumière et le salut de toutes les nations de la terre. »


« Votre amour, ô Père éternel,
A livré son Fils immortel
À mourir pour un criminel :
Deo gratias ! Deo gratias !
Deo gratias ! Deo gratias ! »


(St Louis-Marie Grignion de Montfort,
"Action de grâces pour les principaux bienfaits de Dieu")




     Écoutons le Père éternel adressant ces paroles à Jésus Enfant, au moment même de Son Incarnation dans le sein de Marie : « Mon Fils, Je Vous ai donné au monde pour être la Lumière et la Vie des nations, pour leur procurer le Salut, que Je désire autant que s'il s'agissait de Mon propre Salut. Il faut donc que Vous vous consacriez sans réserve à cette œuvre que j'ai tant à Cœur. Je Vous ai donné tout entier à l'homme ; Vous devez donc Vous dépenser sans réserve pour son bien. Il est nécessaire que dès Votre naissance Vous enduriez la plus extrême pauvreté, afin que l'homme devienne riche. Il faut que Vous soyez vendu comme un esclave, pour rendre à l'homme sa liberté ; que Vous soyez flagellé et même crucifié comme un esclave, afin de satisfaire à Ma Justice pour les peines qu'il a méritées par ses péchés. Il faut que Vous versiez Votre Sang et donniez Votre Vie pour délivrer les pécheurs de la mort éternelle. Ainsi l'homme sera contraint de M'aimer et de se donner à Moi, en voyant que Je vous donne tout à lui, Vous, Mon Fils unique, et qu'il ne Me reste plus rien à lui donner. » Voilà jusqu'où est allé l'amour de Dieu pour les hommes. Ce Dieu, infini en toutes perfections, a aimé le monde, dit saint Jean, jusqu'à lui donner son Fils unique. 

        Et le Fils de Dieu, le Verbe incarné, loin de s'attrister de la proposition que lui fait son Père, l'accepte avec transport, heureux de pouvoir, lui aussi, nous prouver son amour et procurer notre salut. « Comme un géant, Il s'est élancé dans la carrière qui lui était ouverte ». Dès le premier instant de son incarnation, Il se donne, Il se sacrifie, Il embrasse avec joie toutes les douleurs et toutes les humiliations qu'Il doit souffrir ici-bas pour l'amour des hommes. Remarquons-le bien : en envoyant Son Fils pour nous racheter, Dieu le Père s'est en quelque sorte obligé à nous pardonner et à nous aimer. De Son côté, le Verbe Divin, ayant accepté la mission de nous racheter et de procurer notre Salut, a pris les mêmes engagements pour se conformer aux bienveillantes et miséricordieuses intentions de Son Père à notre égard.




Affections et prières



     Mon cher Jésus, s'il est vrai qu'aux termes de la Loi, le domaine s'acquiert par la donation, Vous m'appartenez, puisque Votre Père Vous a réellement donné à moi. C'est pour moi que Vous êtes né, c'est à moi que Vous avez été donné. Puisque Vous êtes à moi, à moi aussi sont tous vos biens : l'Apôtre me le dit : « Comment avec Son Fils Dieu ne nous aurait-Il pas tout donné ? » À moi donc Votre Sang précieux, à moi Vos mérites, à moi Votre Grâce, à moi Votre Paradis. Eh ! qui pourrait me ravir mon trésor ? Non, personne ne saurait me ravir mon Dieu. Cependant, je suis si faible ! Je puis donc encore Vous perdre par le péché ; je puis me séparer de Vous ! Mon Jésus, ne le permettez pas. Je me repens de Vous avoir autrefois abandonné ; je suis résolu de tout sacrifier, même la vie, plutôt que de Vous perdre encore, vous le bien infini, Vous l'unique amour de mon âme. 

       Je Vous remercie, ô Père éternel, de m'avoir donné Votre Fils ; puisque Vous me l'avez donné sans réserve, c'est aussi sans réserve que je me donne à Vous. Pour l'amour de cet Adorable Fils, acceptez-moi, et, par les douces chaînes de l'Amour, attachez-moi à mon Rédempteur ; attachez-moi si étroitement que je ne puisse plus jamais me séparer de Lui. Et Vous, mon Sauveur, puisque Vous êtes tout à moi, je veux être aussi tout à Vous. Disposez de moi et de ce qui m'appartient selon Votre bon plaisir. Comment pourrais-je rien refuser à un Dieu qui n'a pas hésité à me donner Son Sang et Sa Vie ! 

      Marie, ma Mère, gardez-moi sous le manteau de Votre protection. Je ne veux plus être à moi, mais à mon Divin Maître. À Vous de me rendre fidèle, je me confie en Vous.


 

Fichier PDF de la totalité de la Neuvaine à télécharger ici :




* * *

NOËL des ÂMES SPIRITUELLES

(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)

 

LIEN de TÉLÉCHARGEMENT (audio = MP3 ; vidéo = MP4) ici :

http://www.mp3tunes.tk/download?v=6L06vIlE7CY

 


  

 Le disque où se trouve ce cantique
 est disponible sur notre petite boutique catholique en ligne ici :
2- Téléchargement MP3 :



 

 

1- Un Dieu, pour sauver les hommes,
Trouve un merveilleux secret :
Il devient ce que nous sommes,
En nous faisant devenir ce qu’il est. (bis)

2- Ce Seigneur très-haut s’abaisse
Pour nous élever aux cieux,
Il vient dans notre bassesse
Pour nous donner son être glorieux. (bis)

3- Il se met dans l’impuissance
Pour nous rendre tout-puissants ;
Il se réduit à l’enfance
Pour nous faire durer dans tous les temps. (bis)

4- Pour nous combler de richesses,
Sa Majesté s’appauvrit ;
Pour nous faire des caresses,
Ce grand Seigneur se rend pauvre et petit. (bis)

5- Afin de briser nos chaînes,
Il se met dans de doux liens,
Il se charge de nos peines
Pour nous donner ses plaisirs et ses biens. (bis)

6- Dieu se fait notre semblable
Par un amour infini :
Il est juste et raisonnable
De l’imiter et ressembler à lui. (bis)

7- Qu’on apporte un diadème
À Jésus pour bien l’orner,
Puisqu’il quitte le sien même
Dans le dessein de nous en couronner. (bis)

8- Donnons-lui plutôt nos âmes,
C’est son plus bel ornement.
Livrons nos cœurs à ses flammes :
C’est là qu’il veut prendre son logement. (bis)

9- Allons d’esprit dans l’étable
Pour baiser ses petits pieds,
Et lui dire : « Enfant aimable,
En Souverain régnez sur nous, régnez ! » (bis)

10- Doux Jésus, c’est à cette heure
Qu’il faut enlever nos cœurs :
Faites-y votre demeure,
Car vous êtes le plus doux des vainqueurs. (bis)

11- Soyez bénie, ô Marie,
Vous faites notre bonheur,
Et vous nous donnez la vie
En nous donnant cet aimable Sauveur. (bis)

12- Vous n’êtes en cette demeure
Que pour enlever nos cœurs :
Prenez-les, à la bonne heure !
À notre Dieu, gloire, louange, honneur ! (bis)






Page "Le CHAPELET récité avec vous !"


« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

Alors, rendez-vous ici :
"Le CHAPELET récité avec vous ! 
avec Méthode montfortaine"