vendredi 27 novembre 2015

Dernières mises en ligne

37

« Un Dieu à aimer,
Une âme à sauver,
Un Paradis à gagner. »

(Devise de Sœur Jeanne-Françoise Marcher, 
"Année Sainte de la Visitation")





* * *

"CANTATE"

du

SERVITEUR FIDÈLE

de

  JÉSUS en MARIE

(cantique sur tous les tons 

de St Louis-Marie Grignion de Montfort)

 

 

LIEN de TÉLÉCHARGEMENT (audio = MP3 ; vidéo = MP4) ici :

http://www.mp3tunes.tk/download?v=2jPsr7c8LbE


Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle)
Enregistrement : 1980



1- Que mon âme chante et publie,
À la gloire de mon Sauveur,
Les grandes bontés de Marie
Envers son pauvre serviteur.

2- Que n’ai-je une voix de tonnerre
Afin de chanter en tous lieux
Que les plus heureux de la terre
Sont ceux qui la servent le mieux !

3- Chrétiens, apprêtez vos oreilles,
Écoutez-moi, prédestinés,
Car je raconte les merveilles
De celle dont vous êtes nés.

4- MARIE est ma grande richesse
Et mon tout auprès de Jésus :
C’est mon honneur, c’est ma tendresse,
C’est le trésor de mes vertus !

5- Elle est mon arche d’alliance
Où je trouve la sainteté ;
Elle est ma robe d’innocence
Dont je couvre ma pauvreté.

6- Elle est mon divin oratoire
Où je trouve toujours Jésus :
J’y prie avec beaucoup de gloire,
Je n’y crains jamais de refus.

7- Elle est ma ville de refuge
Où je ne suis point outragé ;
C’est mon arche dans le déluge
Où je ne suis point submergé.

8- Je suis tout dans sa dépendance
Pour mieux dépendre du Sauveur,
Laissant tout à sa Providence :
Mon corps, mon âme et mon bonheur.

9- Quand je m’élève à Dieu mon Père
Du fond de mon iniquité,
C’est sur les ailes de ma Mère,
C’est sur l’appui de sa bonté.

10- Pour calmer Jésus en colère,
Avec Marie il est aisé ;
Je lui dis : « Voilà votre Mère ! »
Aussitôt il est apaisé.

11- Cette bonne Mère et Maîtresse
Me secourt partout puissamment,
Et quand je tombe par faiblesse
Elle me relève à l’instant.

12- Quand mon âme se sent troublée
Par mes péchés de tous les jours,
Elle est toute pacifiée,
Disant : « Marie, à mon secours ! »

13- Elle me dit dans son langage,
Lorsque je suis dans mes combats :
« Courage, mon enfant, courage !
Je ne t’abandonnerai pas ! »

14- Comme un enfant à la mamelle
Je suis attaché sur son sein :
Cette Vierge pure et fidèle
M’y nourrit d’un lait tout divin.

15- Voici ce qu’on ne pourra croire :
Je la porte au milieu de moi,
Gravée avec des traits de gloire,
Quoique dans l’obscur de la foi.

16- Elle me rend pur et fertile
Par sa pure fécondité ;
Elle me rend fort et docile
Par sa profonde humilité.

17- Marie est ma claire fontaine
Où je découvre mes laideurs,
Où je me délecte sans gêne,
Où je tempère mes ardeurs.

18- Je vais par Jésus à son Père
Et je n’en suis point rebuté ;
Je vais à Jésus par sa Mère
Et je n’en suis point rejeté.

19- Je fais tout en elle et par elle :
C’est un secret de sainteté
Pour être à Dieu toujours fidèle,
Pour faire en tout sa Volonté.

20- Chrétiens, suppléez, je vous prie
À ma grande infidélité :
Aimez Jésus, aimez Marie,
Dans le temps et l’éternité !




Fichier PDF des Paroles de ce cantique ici :
 http://www.montfortajpm.sitew.fr/fs/Root/cwe2y-Le_devot_esclave_de_Jesus_en_Marie_cantique_du_Pere_de_Montfort_.pdf
+ Téléchargement : http://www.montfortajpm.sitew.fr/dl/Root/cwe2y-Le_devot_esclave_de_Jesus_en_Marie_cantique_du_Pere_de_Montfort_.pdf








Toutes les autres versions (avec les liens de téléchargement)
+ CONSÉCRATION montfortaine "À JÉSUS par MARIE"  :






* * *


CHANT de la PROMESSE SCOUT




LIEN de TÉLÉCHARGEMENT (audio = MP3 ; vidéo = MP4) ici :

http://www.mp3tunes.tk/download?v=vHi6E2N--aY

 

Chant : Jean-Myriam Chevalier
 
Mélodica : Gilbert Chevalier (aveugle) 

  Enregistrement : 25 novembre 2015



1- Devant tous je m’engage
Sur mon honneur,
Et je te fais hommage
De moi, Seigneur !

R./ Je veux t’aimer sans cesse,
De plus en plus !
Protège ma promesse,
Seigneur Jésus !


2- Je jure de te suivre
En fier chrétien,
Et tout entier je livre
Mon cœur au Tien.

3- Fidèle à ma Patrie
Je le serai ;
Tous les jours de ma vie,
Je servirai.

4- Je suis de tes apôtres,
Et chaque jour
Je veux aider les autres
Pour ton amour.

5- Ta Règle a sur nous-mêmes
Un droit sacré ;
Je suis faible, tu m’aimes :
Je maintiendrai !



Le CHRIST-ROI, ici :
http://montfortajpm.blogspot.fr/2015/10/jesus-christ-roi-dernier-dimanche.html



LES PRATIQUES DE LA DÉVOTION AU CŒUR DE JÉSUS

(cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)


http://gloria.tv/album/QuchuYitRz3/media/K3eaW3wVeRb

(Audio [mp3] à télécharger !)


Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle)

http://www.montfort.kingeshop.com/Le-Sacre-C%C5%93ur-2-CD-cbbaaabub.asp




Ce cantique (écho différent)
  est disponible sur notre petite boutique catholique en ligne ici :
 1- CD "Le Sacré-Cœur" (plage 1 du CD II) :
 http://www.montfort.kingeshop.com/Le-Sacre-C%C5%93ur-2-CD-cbbaaabub.asp



1- À ce Cœur, pécheurs de la terre,
Pour éviter de grands malheurs !
Je vois la verge et le tonnerre
Qui va tomber sur les pécheurs.

2- Aimons ce Cœur, puisqu’il nous aime :
L’amour se paie par l’amour !
Mais aimons d’un amour extrême
Et purement et nuit et jour !

3- Le ciel l’adore et nous invite
À l’adorer en ce bas-lieu :
Adorons donc, il le mérite,
Puisqu’il est le grand Cœur de Dieu.

4- Et par amour, et par justice,
Il faut nous consacrer à lui :
Faisons, faisons ce sacrifice
Sans partage et dès aujourd’hui.

5- Chantons avec les chœurs des anges
Ce divin Cœur dans ses grandeurs,
Et prenons part à leurs louanges
Pour prendre part à leurs ardeurs.

6- Parlons de lui, prêchons sans crainte
Et ses grandeurs et ses appas,
Soupirons sans cesse avec plainte
De ce qu’on ne le connaît pas.

7- Rendons-lui très souvent visite
Pour tant de malheureux chrétiens :
Ce bon Cœur nous en sollicite,
Il veut nous combler de ses biens.

8- Avec un cœur pur et fidèle,
Un cœur plein de dévotion,
Goûtons sa douceur éternelle
Dans la très sainte Communion.

9- Allons faire fondre nos glaces
Dans ce Cœur du buisson ardent ;
Allons puiser toutes les grâces
Dans ce magasin abondant.

10- Soyons pleins de reconnaissance
Pour ces innombrables bienfaits :
Ayons-en toujours la présence
Dans nos cœurs et nos cabinets.

11- Unissons-nous, je vous en prie,
Pour vaincre ensemble le démon,
En entrant dans la confrérie
Que l’Église érige en son nom.

12- Dans nos troubles, dans nos souffrances
Et dans nos plus sensibles coups,
Mettons en lui nos espérances :
C’est notre Cœur, il est à nous !

13- Pour que l’espérance soit vraie,
Il faut éviter le péché,
Et se tenir en cette plaie
Malgré tout saintement caché.

14- C’est notre modèle pour vivre :
Prenons ses mêmes sentiments,
Tâchons cœur à cœur de le suivre
Dans ses pas et ses mouvements.

15- Dans la disette et l’abondance,
Dans l’allégresse et dans l’ennui,
Dans ce qu’on fait et ce qu’on pense,
Unissons-nous sans cesse à lui !

16- Afin d’avoir un cœur qu’on nomme
Un cœur selon le Cœur de Dieu,
Afin de devenir un homme
Rempli de grâce et de tout feu.

17- La pratique la plus utile,
La plus glorieuse au Seigneur,
La plus conforme à l’Évangile,
Est de réparer son honneur.

18- Tâchez de réparer l’injure
Qu’on a faite à ce Cœur divin,
Malgré la chair et la nature,
Malgré le monde et le malin.

19- Tandis que mille âmes charnelles
Ne cherchent que leur propre bien,
Cherchons Jésus, âme fidèle :
Pour son honneur n’épargnons rien !

 

 * * *

 

Le CANTIQUE de PROCESSION de LOURDES :

Les 60 couplets d'origine

  sur un air inspiré de Beethoven

 


LIEN de TÉLÉCHARGEMENT (audio = MP3 ; vidéo = MP4) ici :

http://www.mp3tunes.tk/download?v=3SN9cJ8bCfc


Interprète : Gilbert Chevalier (aveugle) 



1- L’heure était venue,
    Où l’airain sacré,
    De sa voix connue,
    Annonçait l’Ave.

2- D’une main discrète,
    L’ange, la prenant,
    Conduit Bernadette
    Au bord du torrent.

3- Un souffle qui passe
    Avertit l’enfant
    Qu’une heure de grâce
    Sonne en ce moment.

4- Sur Massabielle,
    Son œil voit soudain
    L’éclat qui révèle
    L’Astre du matin.

5- C’est un doux visage,
    Rayonnant d’amour,
    Qu’entoure un nuage
    Plus beau que le jour.

6- Son regard s’inspire
    D’un reflet divin,
    Mais un doux sourire
    Dit : « Ne craignez rien. »

7- Elle a la parure
    D’un lys immortel ;
    Elle a pour ceinture
    Un ruban du ciel.

8- On voit une rose
    Sur ses pieds bénis,
    Fraîchement éclose
    Dans le Paradis.

9- On voit un rosaire
    Glisser dans sa main,
    Et de la prière
    tracer le chemin.

10- L’âme palpitante,
    Le cœur enivré,
    L’heureuse Voyante
    Répétait : « Ave ! »

11- L’extase s’achève,
    Le monde revient ;
    L’enfant se relève
    Disant : « À demain ! »

12- Avant chaque aurore,
    Son cœur en éveil
    Par soupirs implore,
    L’heure du réveil.

13- « Mère de la terre,
    Ne défendez pas
    D’aller voir la Mère
    Qui paraît là-bas !

14- « Elle était si belle !
    Je veux la revoir.
    Que désire-t-elle ?
    Je veux le savoir. »

15- Colombe fidèle,
    Elle prend l’essor,
    Vole à tire d’aile
    Au nouveau Thabor.

16- « Ô Dame chérie,
    Que demandez-vous ?
    Parlez, je vous prie,
    Et dites-le nous ! »

17- « Avec vos compagnes,
    Venez quinze fois
    Près de ces montagnes
    Écouter ma voix.

18- « Enfant généreuse,
    Je vous le promets,
    Vous serez heureuse
    Au Ciel pour jamais. »

19- « Si vous êtes bonne,
    Le monde est méchant :
    Il ne me pardonne
    de vous voir souvent.

20- « Le savant s’offense
    De votre bonté ;
    Je n’ai pour défense
    Que la vérité. »

21- Près de la Voyante,
    Au lever du jour,
    La foule croyante
    Se rend tour à tour.

22- La pauvre bergère,
    Comme un séraphin,
    Du Ciel à la terre,
    Franchit le chemin.

23- La voilà ravie
    Dans cette beauté
    Que le temps envie
    À l’Éternité.

24- De son blanc visage
    Les traits allongés
    Vers la sainte image
    Semblent emportés.

25- Pendant sa prière
    Brille sur son front
    La pure lumière
    De la Vision.

26- Le peuple fidèle
    Admire à genoux
    De l’aube éternelle
    Le reflet si doux.

27- « Qu’avez-vous, Madame,
    Murmura l’enfant.
    D’où vient que votre âme
    Est triste à présent ?

28- « Que faudra-t-il faire
    Pour tarir vos pleurs ? »
    - « Prier, dit la Mère,
    Pour tous les pécheurs.

29- « Je veux qu’ici même,
    En procession,
    Le peuple qui m’aime
    Invoque mon nom.

30- « Que d’une chapelle,
    Le marbre béni
    Aux âges rappelle
    Mon séjour ici. »

31- Ô profond mystère
    D’un profond amour !
    Faut-il qu’une mère
    Trahisse à son tour ?

32- Deux fois Bernadette
    Vient aux lieux aimés :
    Deux fois sur sa tête
    Les Cieux sont fermés.

33- « Ô Dame clémente !
    Ne savez-vous pas
    Qu’à votre Voyante,
    On livre combat ? »

34- « Enfant prends courage
    Et bannis l’effroi :
    Il faut que l’orage
    Éprouve la foi. »

35- « Elle m’est rendue.
    Elle reparaît.
    Je goûte à sa vue
    Un nouvel attrait.

36- « Vision chérie,
    Source de douceurs,
    Mettez, je vous prie,
    Comble à vos faveurs.

37- « On demande un gage
    À votre bonté :
    Rendez témoignage
    À la vérité.

38- « Que sur cette épine
    Et que sous vos pieds
    Une fleur divine
    Pousse à l’églantier. »

39- Par un doux sourire
    Accueillant ces vœux,
    Elle semble dire :
    « Je donnerai mieux. »

40- La fleur éphémère
    Se dessèche et meurt ;
    Le Cœur d’une Mère
    N’est point cette fleur.

41- « À cette fontaine
    Allez maintenant :
    L’eau dont elle est pleine,
    Voilà mon présent. »

42- L’enfant prend sa course
    Vers l’eau du torrent :
    Un signe, à la source
    Ramène l’enfant.

43- Ses doigts, de la terre
    Déchirent le sein ;
    D’humide poussière
    Elle emplit sa main.

44- Fontaine de vie,
    Qui peut désormais
    De ton eau bénie
    Compter les bienfaits ?

45- « Et Vous dont la terre
    Admire le don,
    Céleste Étrangère
    Quel est votre nom ?

46- « À votre servante
    Qui prie à genoux,
    À votre Voyante,
    Le cacherez-vous ? »

47- Au Cœur de sa Mère,
    Quatre fois l’enfant
    D’une humble prière,
    Fait monter l’accent.

48- Paraît cette fête,
    Où de Gabriel
    L’Église répète
    L’Ave solennel.

49- La Beauté rayonne
    D’un nouveau reflet :
    La Vierge abandonne
    Son dernier secret.

50- À sa bien-aimée,
    L’Apparition,
    De l’IMMACULÉE 
    Prononce le nom.

51- Sainte Messagère,
    Remontez aux Cieux ;
    Et de notre terre
    Portez-y les vœux !

52- Vous vouliez du monde,
    Et de tous côtés,
    Il vient, il abonde,
    Il est à vos pieds.

53- Salut, ô vallée,
    Ô trône d’amour,
    Où l’Immaculée
    A pris son séjour !

54- Avec son image,
    Avec ses bienfaits,
    Ta grotte sauvage
    N’est plus sans attraits.

55- La fontaine y coule
    Sans jamais tarir ;
    Ainsi vient la foule
    Sans jamais finir.

56- Pieux sanctuaire,
    Tu les vis présents,
    De la France entière
    Les nobles enfants !

57- La voûte sacrée
    Depuis ce grand jour,
    De chaque contrée
    A vu le retour.

58- Du trône de grâce
    On sait le chemin,
    Le pèlerin passe
    Et passe sans fin.

59- Heureux qui voyage
    En ces lieux bénis !
    On y prend passage
    Pour le Paradis.

60- Astre salutaire,
    Que votre rayon,
    Nous mène à la terre
    De la Vision.


  Fichier PDF des Paroles de ce cantique ici :  





Page "Le CHAPELET récité avec vous !"


« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

Alors, rendez-vous ici :
"Le CHAPELET récité avec vous ! 
avec Méthode montfortaine"